Nous sommes candidats, c’est officiel !

Avec Valérie De Bue et Anne Masson, une équipe pleine d’ambition pour la Fédération MR du Brabant wallon.

Je suis candidat ou, plus exactement, nous sommes candidats !
Ce jeudi, Valérie De Bue, Anne Masson et moi-même avons officialisé par le biais d’une conférence de presse notre candidature commune à la Fédération MR du Brabant wallon. Plus concrètement, je suis candidat à la Présidence tandis que Valérie De Bue le sera à la première et Anne Masson à la seconde Vice-Présidence.
Ce ticket, pour utiliser le jargon électoral, ne vient pas de nulle part. Outre le fait qu’il représente parfaitement l’Ouest, le Centre et l’Est du Brabant wallon, il nous permettra notamment (si nous sommes élus), de mieux couvrir la province en matière de présence sur le terrain ainsi que pour répondre aux défis à venir.
Car les échéances électorales se rapprochent. Avec les scrutins dans les communes et à la Province en 2018 mais aussi ceux au fédéral, à la Région et à l’Europe en 2019, le travail s’annonce d’envergure.
Etre Président de Fédération, c’est une occupation à plusieurs pans. Il y a l’animation sur le terrain, veiller à ce que les idées du parti soient partagées par les militants, recruter de nouveaux membres… La coordination entre les mandataires des différents niveaux (du local au fédéral en passant par l’Europe) a également son importance : pour être efficace sur différents dossiers, il s’agit de parler d’une seule voix. Il ne faudrait pas non plus oublier un aspect plus discret mais ô combien déterminant, à savoir les contacts avec les autres formations politiques démocratiques actives en Brabant wallon.
Un travail d’équipe est donc indispensable ! Valérie De Bue et Anne Masson n’ont d’ailleurs pas dit le contraire, ce jeudi. La première a notamment rappelé qu’il nous faudrait mieux utiliser les outils de communication, tels que les réseaux sociaux et Internet. Tandis que la seconde a appuyé sur le besoin de faire revivre la chose publique pour ne pas arriver à des extrémismes.
Nous sommes donc tous les trois sur la même longueur d’onde et espérons que les militants nous accorderont leur confiance.